Production végétale
Métiers

Les métiers retrouvés dans ce sous-secteur sont les suivants :

  1. Producteur maraîcher
  2. Gérant de production maraîchère
  3. Superviseur en production maraîchère
  4. Ouvrier horticole en production maraîchère
  5. Manœuvre en production maraîchère
  6. Préposé à la récolte production maraîchère
  7. Manœuvre préposé au tri et à l'emballage
  8. Aide-horticulteur/préposé à l'entretien

Légumes en plein champ

La production de légumes en plein champ fait référence à la production de légumes frais et de légumes destinés à la transformation. On produit au Québec plus de 70 variétés de légumes.

Les légumes de transformation (principalement concombre, pois, haricots, maïs sucré) sont dirigés vers trois avenues : les conserveries, les fabriques de jus et les usines de conditionnement (produits congelés et frais).

Le sous-secteur des légumes en plein champ représentait en 1995 environ 35 % de toute la production horticole au Québec, avec une valeur de l’ordre de 180 millions de dollars. De ce montant, les légumes frais représentaient une production de 160 millions de dollars et les légumes de transformation comptaient pour 20 millions de dollars.

Le sous-secteur de la production de légumes en plein champ regroupait, en 1995, environ 1 200 exploitations. La même année, le secteur comptait 10 400 emplois dont 3 000 étaient occupés par la main-d’œuvre familiale et 7 400 par des travailleurs embauchés. Plus de 96 % de ces emplois sont saisonniers et 4 % sont des emplois permanents.

La mise en application de nouvelles technologies et techniques de production permettra aux producteurs de légumes en plein champ d’améliorer leur productivité et la qualité de leurs cultures. Notons, par exemple, des développements dans le conditionnement de la semence, le dépistage des ravageurs et l’irrigation. De plus, nous observons une mécanisation plus importante des travaux de récolte. Une demande de plus en plus grande des consommateurs pourdes aliments produits selon une approche écologique préconisant une utilisation limitée d’engrais et de pesticides pourra avoir des impacts sur la main-d’œuvre car cette approche requiert souvent l’emploi d’un plus grand nombre de travailleurs.